Je vous présente Chips

lundi 16 janvier 2017 Ingrid | Mémorables oublis 4 Comments


Comme prévu, une petite présentation s'impose pour vous parler de Chips, cette terreur qui a débarqué dans nos vies fin septembre.

Même si je suis folle d'amour pour Iago, il a un caractère qui nous faisait vraiment penser qu'on n'avait pas de chat. Iago n'est pas câlin et est toujours dehors. J'ai toujours eu du mal avec son comportement. Je n'ai jamais eu de chat comme lui auparavant. Ca a donc fini par me peser (depuis un peu plus d'un an). J'ai réussi à convaincre Fred en gagnant au jeu des "Pour" et des "Contre".

Vu le caractère de Iago, son côté très solitaire nous a vite fait oublier d'adopter un chat adulte. Il nous fallait impérativement un chaton, mâle ou femelle, peu importe, mais plus il serait jeune (sevré, qu'on s'entende bien) et plus la cohabitation serait facile. Notre seule exigence : à poils (mi-)longs et de préférence tout noir (depuis que j'ai découvert que cette superstition était vraiment appliquée !). Nous avons abandonné l'idée de nous rendre dans une association, à cause d'une mauvaise expérience il y a deux ans. On s'est dit qu'assoc' ou pas, on trouvera bien sur le net ou par bouche-à-oreilles, un chaton a sauvé (ce qui s'avérera le cas).

Après 3 mois de recherches et de désillusions (400€ en moyenne sur la longueur d'un poil mais dont le chat n'appartient à aucune race que celle de gouttière, ce n'est pas pour nous), j'ai enfin réussi à répondre à temps à une annonce publiée 15 minutes plus tôt (oui, les chatons à donner et à poils longs, ça part très très, mais alors, très vite !). Deux chatons à poils longs sur une portée de 5, à donner, à 30min d'ici. Le soir-même, Fred et moi, on s'y rendait car il n'y en restait déjà plus qu'un de disponible sur les deux. Nous y sommes allés pour voir le chaton et confirmer sa réservation. On nous ouvre la porte et on nous tend le chaton. J'ai demandé à ce qu'on rentre pour qu'on puisse discuter, voir la maman, les autres chatons. On nous a répondu par la négative et que si on ne le prenait pas, ce serait pour la prochaine personne qui appellerait. Fred et moi, tout cons, on s'est donc retrouvés avec un chaton d'un mois et demi dans les bras, sur le trottoir. Oui, vous avez bien lu : un chaton non sevré. On a vraiment été pris au dépourvu. Puisque ce chaton allait dans tous les cas partir de suite, autant que ce soit avec nous... Je remercie les personnes sur Instagram qui ont su me rassurer car autant j'ai déjà eu des chatons dans le passé autant je n'en ai jamais eu d'aussi jeunes. Fort heureusement, Chips fut propre dès le premier soir et a mangé ses premières croquettes sans problème (je dis "premières" car ces gens nous ont dit qu'il mangeait très bien les restes). La seule séquelle de ce manque de sevrage, reste son comportement envers nous lorsqu'il joue. Il ne sait toujours pas mordiller. On a beau le gronder, lui faire des pitchenettes, l'attraper par la peau du cou, lui dire un "non" fort et autoritaire, il s'en fiche complètement, il revient à l'attaque. Il n'a aucune agressivité, c'est juste que sa mère n'a pas eu le temps de lui apprendre à ne pas mordre lors des jeux. Et j'ai beau être une maman chat, je ne remplacerai jamais une vraie maman chat.

Depuis la rencontre, fin septembre, ce n'est toujours pas ça qu'est ça. Et je pense que ça sera toujours ainsi. Iago n'est pas joueur. C'est le gros pépère qui dort dans son coin. Il l'a toujours joué solo. Le jour, il est dehors. La nuit, il dort à la maison (car on l'empêche de ressortir surtout). Donc forcément, la venue d'un second chat (jeune et donc, hyperactif) n'a pas arrangé les choses. J'ai acheté deux Feliway. Le premier n'a fait aucun effet et le second rendait Iago plus agressif. Chips veut jouer. Pas lui. Du coup, y a des tensions. Et c'est ainsi chaque soir/nuit depuis fin septembre... Iago ne fait aucun effort. Il y a même eu une période où il s'en est pris à nous. Pourtant, de l'attention, des câlins, des bonbons, il a la double ration depuis la venue de Chips ! Et lorsque je dis qu'il ne fait aucun effort, c'est que ce gros matou de 6kg de muscles n'est même pas foutu de s'imposer face à ce petit freluquet qui s'impose un peu plus chaque jour. Il gueule, se fait pourchasser dans la chambre et n'est pas fichu de lui en coller une et de lui faire comprendre "J'étais là le premier, j'suis l'chef, fais pas chier". Ceci dit, on aime toujours autant Iago. Il est encore moins présent/détendu qu'avant mais c'est à lui d'y mettre du sien. On ne peut vraiment pas faire plus... Et tout comme ma véto, je doute que la castration puisse changer quelque chose. Une castration ne rendra pas Iago joueur, présent, câlin, paternel.


Chips est donc un mâle angora (ce qui ne justifie pas pour autant les 400€), né le jour de la Saint Amour. Il n'a plus ses yeux bleus, il n'aura sans doute pas de grosses joujoues poilues mais j'aime ses couleurs qui me font penser au chat sauvage. Le plus important est qu'il soit en bonne santé mais aussi, câlin. Ah des câlins, il en réclame. Un coup il va sur Fred, un coup il vient sur moi. Il a un ronron du tonnerre (celui de Iago, pour l'entendre, il faut coller ton oreille, et encore, quand il ronronne). Il est également joueur (nous avons les bras et les jambes lacérés) et les jouets de Iago n'auront fait que deux semaines (et encore). Cette terreur, ce petit con, ce trou du cul qui a déjà passé quatre nuits au garage car il était intenable (mauvaise combi avec Fred qui se lève à 3h et Iago qui est très tendu), on ne regrette aucunement de l'avoir pris. Même si son truc est de nous lécher les narines plusieurs fois par jour. Même s'il ne cesse de provoquer Iago (il veut surtout jouer avec lui). Même s'il nous fait mal avec ses petites quenottes lors de nos jeux... Et ça se voit qu'il a été habitué à manger les restes, il mange de tout (pourtant, il ne manque de rien) : choux de Bruxelles cuit, carottes crues, moutarde, chorizo, radis et je dois en oublier.

Si vous voulez suivre ses aventures, rendez-vous sur Instagram - ici et - ainsi que sur Flickr.

4 commentaires :

  1. Quelle jolie petite frimousse !
    J'adore la photo de Chips le nez en l'air sous la neige.
    Le mien en ce moment passe sa vie dehors, monsieur Curly préfère gambader dans la neige au lieu de me faire des gros câlins hi hi !

    Caresses à tes poilus, bonne soirée ☺

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et tu as des chats errants qui rêveraient d'être au chaud. Le monde à l'envers :p

      Merci pour ta fidélité en tout cas. Ca me fait super plaisir ♥

      Supprimer
  2. Il est magnifique ce Chips !

    En revanche je te trouve un peu "dure" avec Iago. Si c'est un "vrai" solitaire, il ne sera pas le grand copain de Chips mais ça, ce n'est pas de sa faute.
    Une amie a adopté un chaton; elle avait déjà une femelle de 5 ans plutôt sauvage & solitaire. Elle a accepté la présence du nouveau venu mais ne cherche jamais sa compagnie.
    Un couple d'amis vit la même expérience avec ses deux chats. Ils cohabitent, se tolèrent mutuellement sans être "copains".

    Moi, en revanche, j'ai adopté un chat adulte à la SPA particulièrement sauvage; une femelle de deux ans.
    Pas nécessairement solitaire mais très craintive & n'ayant pas la moindre envie de partager son territoire. Il lui aura fallu sept mois avant de venir sur mes genoux, un beau matin, pendant que j'étais tranquillou assise sur le canap'. Depuis, c'est un vrai petit pot de colle avec moi.
    Puis la vie a fait que j'ai sauvé un chaton il y a trois ans; un joli matou noir qu'elle n'a pas supporté au départ. Malgré tout, ils dorment aujourd'hui collés l'un à l'autre quasiment tout le temps.

    Je ne suis ni vétérinaire, ni comportementaliste. Il n'empêche que les chats ont tous leur petit caractère & certains sont naturellement plus sociables que d'autres.

    Bref, des animaux bien complexes mine de rien :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne pense pas être dure mais juste. Je savais qu'en prenant un second chat, ils ne deviendraient pas amis. Mais que Iago s'en prennent à nous, ça nous a un peu déçus... Mais surtout, il est la terreur du quartier et se laisse "bouffer" par Chips. Il ne veut pas ou n'ose pas s'imposer alors que la logique voudrait qu'il soit le dominant. M'enfin, depuis fin septembre, nous sommes habitués ^^

      J'ai eu des chats très peureux. Toi, tu as attendu 7 mois pour avoir un début de rapprochement. Moi, au bout de 7 ans, rien avait changé avec Kismy... C'est attristant de ne pas réussir à gagner leur confiance surtout lorsque le chat comme le maître veulent de l'maour...

      Supprimer