Se déconnecter

lundi 30 janvier 2017 Ingrid | Mémorables oublis 12 Comments


Mon ras-le-bol d'Internet (blog et réseaux sociaux) se faisait ressentir quelques semaines avant que je passe à l'acte. Je n'aimais pas cette dépendance qui s'était installée dans ma vie. Toujours ces mêmes gestes, aux mêmes moments de la journée. A peine j'ouvrais les yeux que je regardais mon téléphone. Ensuite, le temps que je m'habillais, mon PC démarrait. Douche, toilettes, café et je passais une bonne partie de la matinée sur l'ordinateur. Lire les derniers articles, voir ce qu'il s'est passé sur Facebook/Instagram, entretenir mon compte Flickr, etc... Il en était de même le soir. Je ne décollais jamais du téléphone alors que j'étais devant la télé, devant un film, que j'avais choisi pourtant. Je me retrouvais avec une tonne de livres achetés sur les brocantes que je ne prenais pas le temps ni l'envie de lire car trop occupée à traîner sur la toile ou à jouer sur mobile.

Et puis, l'occasion s'est présentée, je suis partie. Mon blog est passé en privé, mon compte Instagram également. Et adieu Facebook. Et ça m'a fait beaucoup de bien. Bon, au début, je ne vous le cache pas, ce fut un peu difficile quand même. Du jour au lendemain, plus de notifications. Je vérifiais plusieurs fois dans la journée si mon téléphone avait bien le son activé, ainsi que les notifications. Mais rien à faire : je n'avais plus aucune vie virtuelle. Passé le choc, j'ai réorganisé mon quotidien.

Encore aujourd'hui, bien que je sois revenue publiquement dans la blogo et les réseaux sociaux, j'ai gardé ces habitudes qui me suivent depuis un an.

- Lorsque je me lève, je ne pense plus à mon téléphone. Je profite de mes chats (Fred se levant toujours avant moi). Bon, profiter de mes chats étant un bien grand mot puisque ce sont eux (surtout Chips) qui me réveillent et si je veux éviter une bagarre, je dois m'habiller pour les sortir.
- J'ai réduit au maximum les notifications afin d'être moins collée sur le téléphone. Je les ai même désactivé sur l'écran verrouillé pour n'y laisser que les pastilles.
- Mon téléphone est moins avec moi. Je peux partir quelque part et laisser mon téléphone dans la chambre, je m'en porte très bien. D'autant plus que maintenant que Fred a un iPhone, s'il y a des photos à prendre, je sais que je peux utiliser le sien.
- Toujours concernant le téléphone et Fred, je ne suis plus dispo à partir de 18h30. Le téléphone passe en mode nuit et ce, jusqu'à 8h le lendemain. Je n'entends rien et n'est plus joignable (j'ai gardé active l'option "appel deux fois de suite" pour que le son se réactive, en cas d'appel urgent de Fred ou ma Best).
- Lorsque je vais me promener en forêt ou dans les champs, je passe en mode avion pour profiter de ce que la nature m'offre.
- Je ne me force plus à regarder quelque chose à la télé. Maintenant, je n'hésite pas à l'éteindre pour préférer un livre.
- J'ai supprimé pas mal de jeux qui pouvaient décharger mon téléphone rien qu'en une soirée. Je n'ai gardé que le trio Candy. Je joue, et encore, lorsque j'y pense, les 5 vies de chaque jeu et je m'arrête à ce quota quotidien. Mais y passer 20 minutes par jour, c'est encore beaucoup trop à mes yeux.
- Maintenant que je suis revenue sur la blogo, j'ai revu mes lectures. Ce sont elles qui prenaient beaucoup de mon temps les matins et parfois en soirée. Je n'ai rien contre les filles mais j'ai fait le ménage dans les blogs que je suivais auparavant pour ne garder que l'essentiel. J'en ai fait de même avec Pinterest (je n'en voyais jamais la fin).
- Mon PC portable tout neuf prend poussière depuis quelques mois (en même temps, avec l'arrivée de Chips, impossible de l'utiliser). Je réfléchis pour le revendre. On l'a acheté il y a quelques années pour qu'on puisse aller chacun sur le PC. Preuve que je ne pouvais/savais pas me déconnecter ne serait-ce qu'une heure pour m'occuper autrement. Et c'est bien regrettable

Je me porte bien mieux aujourd'hui. Je n'ai plus ce sentiment de dépendance à Internet. J'exagère en parlant de dépendance. Je n'y passais pas mes journées non plus... J'avais un peu peur qu'en revenant sur la toile, que mes anciennes habitudes resurgissent mais fort heureusement, ce n'est pas le cas. Je ne me lève plus en me demandant quelles notifications ai-je bien pu recevoir dans la nuit. Bon oui, je regarde mon téléphone vite fait. Au cas où il y aurait eu quelque chose de grave durant mon sommeil (que ce soit personnel comme dans le pays, le monde) mais Instagram, Facebook et Cie attendront.

J'ai remplacé ces heures en journée par un peu plus de sorties, de photos, de jardin. J'ai moins l'impression de passer à côté de quelque chose, de la vie. De moi finalement.

Je regarde moins la télé les soirs. J'ouvre plus facilement un livre et je lis jusqu'à 23h/minuit. Mon téléphone étant en mode nuit, derrière moi. Ainsi, je lis sans être dérangée par l'allumage du téléphone suite à une notification. Dire qu'avant, il ne quittait pas mes mains de toute la soirée. Ou bien, aussitôt qu'il s'allumait, je reposais mon livre pour regarder l'écran sans même finir de lire mon chapitre. Honteux...

Il n'y a rien de flagrant mais je me sens moins fatiguée. Ce sont surtout mes yeux qui le sont moins puisqu'ils regardent moins les écrans. Sans oublier que maintenant que je suis moins assise devant le PC, j'ai une meilleure tenue. Et on sait tous que les douleurs dorsales, c'est la misère.

Pour ceux et celles qui se posent encore des questions sur le besoin de se déconnecter du virtuel, n'hésitez pas. Ne partez pas, ne supprimez rien. Revoyez juste vos priorités, vos envies. C'est juste une question d'organisation. Ca ne vous fera aucun mal. Que du bien. Promis !

12 commentaires :

  1. C'est très intéressant, je lis de plus en plus d'article sur la dépendance aux réseaux sociaux (Insta, FB, Hellocoton, etc...) et ça me parle. Je n'ai jamais été une grande passionnée du virtuel mais les changements de ma vie m'ont fait devenir un peu accro. Une relation à distance avec Monsieur a fait que mon téléphone est devenu un lien principal entre nous, maintenait la connexion. Pis je me suis mise en libéral, avec création d'un site, d'un blog, d'une page FB et je me suis prise au jeu. Actualiser, alimenter tout ça, rendre vivant, etc... les heures filent et on reste devant son écran. Aussi parce que c'est mon outil de travail... Depuis peu, plus de relation à distance avec Monsieur donc téléphone en off la plupart du temps ! Et j'ai décidé d'accorder 1 heure de ma journée aux réseaux sociaux. Time's up, on verra demain ! ;)
    http://la-parenthese-psy.com/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai connu les relations à distances et l'infographie. Après réflexion, j'ai l'impression d'avoir perdu quelques années de ma vie tellement j'étais scotchée sur l'écran et que je me coupais de la vie réelle. Il faut dire que l'infographie était un choix et j'aimais mon travail. Mais aujourd'hui, je ne me vois vraiment plus m'y remettre...

      Supprimer
  2. Bonjour !
    D'abord je te félicite ! :D
    Perso' je ne suis plus accro aux réseaux sociaux depuis ma première année de fac, et particulièrement sur facebook.
    Quant au blog, je ne le promouvoie pas donc mon compte instagram est privé et ne concerne que mes proches dans la vraie vie. :D (ou quelques autres personnes que je ne connais pas vraiment mais que je suis quand même parce-qu'ils ont un bon fil d'actu)
    Pour facebook j'ai un compte officielle, parce-que je suis dans une association et on travaille principalement sur facebook, mais j'en ai un autre qui n'a que les super proches : Amis (les meilleurs seulement) / familles, et mon groupe de fac. Autrement il n'y a rien du tout donc niveau notification...
    Par contre le téléphone est toujours dans ma main, car je lis principalement des Ebook. Je passe mon temps à ne faire que ça en fait. XD
    Après pour l'ordinateur impossible de m'en séparer, je fais des études en informatique et l'informatique c'est une passion, ainsi que le graphisme. Donc que ça soit boulot ou autre je suis dessus. Contrairement à la télévision que je ne regarde que rarement.
    Après je n'ai pas vraiment beaucoup d'amis qui m'appellent, je n'ai pas vraiment cette habitude en fait, donc je suis rarement dérangée pendant mes promenades ou mes nuits. :D Et c'est vrai que c'est S-U-P-E-R d'être déconnectée !
    Enfin j'ai trop parlé xD Désolée ! En tout cas félicitations encore une fois. :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne sois pas désolée, tout comme toi, j'adore lire ^^
      Si tu es toujours collée sur ton téléphone à cause des E-books, c'est comme si tu prenais un livre papier pour t'évader du quotidien, du virtuel. Ce n'est pas comme si tu smsais/surfais à tout bout de champ ^^
      J'ai failli me prendre une Kobo mais mes yeux m'ont rappelé à l'ordre ^^"

      Supprimer
  3. Tu as raison, les gens sont de plus en plus dépendants aux écrans et aux réseaux sociaux... Et c'est d'autant plus vrai pour les jeunes. Je le vois avec ma fille âgée de 12 ans...
    J'ai remarqué que je suis plus sur les écrans en hiver (par contre, le soir, je préfère lire bien au chaud sous ma couette en compagnie de chachat). Quand viennent les beaux jours, je suis plus dehors (jardinage, balade etc...)
    Après, tout est une question d'équilibre. ☺

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vois qu'on est pareil !
      Pour ta fille, c'est dommage mais elle vit avec son temps... J'imagine qu'il est bien difficile à son époque et à l'adolescence à lui faire découvrir des choses que nous adorions faire il y a 20 ans...

      Supprimer
  4. Moi j'ai mes périodes... Parfois je suis excessivement connecté et parfois ça me gonfle et je réponds à mes mails deux semaines plus tard (alors que d'habitude c'est dans l'heure).J'ai voulu virer Facebook mais quand je me suis rendu compte que mon compte Spotify, Candy Crush étaient connectés avec FB j'ai été obligé de le réactiver... Grrrr Mais je n'y vais quasiment plus du tout. Instagram je suis 70 personnes pour ne pas que ce soit trop chronophage... Mais j'adore internet qui me permet de m'intéresser à plein de choses au fil des recherches, c'est une source intarissable de savoir ! 😊

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand j'ai quitté FB, je me suis dit que j'allais perdre tout ce que j'avais relié à lui. En fait, j'ai rien perdu des Candy. J'ai gardé mes niveaux...
      Pour Instagram, je limite les abonnements afin que je puisse m'y retrouver. J'aime l'idée de ne rien rater du fil d'actualité et si je pouvais ne pas mettre 1h le matin à voir ce qui a été posté dans la nuit, ça m'arrange ^^

      Supprimer
  5. Merci pour ton témoignage vraiment réconfortant et très inspirant !
    Ton honnêteté vis à vis du "problème" permet de s'y projeter beaucoup plus facilement que ce qu'on s'imagine, et ça donne vraiment envie. J'ai particulièrement réfléchis au moment où tu évoques tes matinées pendant lesquelles désormais tu n'es plus sur ton téléphone/web non stop. J'essayais de me rappeler l'époque où j'étais encore jeune, où je n'avais justement pas de portable et où l'ordinateur ne m'intéressait pas plus que ça (ça remonte), et quand je revois ces matinées faites à profiter d'un bon petit-déjeuner, de ma famille, où de projets et d'activités, ça me rend hyper nostalgique tout à coup hahaha ! Et ça me paraît beaucoup plus sain comme façon de démarrer sa journée. C'est assez dingue de voir l'évolution au sein d'une seule et même vie tout de même. La rapidité de l'évolution technologique me dépasse !
    J'ai laissé tomber Snapchat il y a plusieurs mois (qui était mon exutoire) par dégoût de l'aspect "vitrine à filtres et à vies parfaites" que mes contacts en faisaient (alors que je m'en servais encore pour mettre que des trucs drôles mais très embarrassants, la base quoi). Et comme tu le dis très bien... on s'y fait ! Et assez vite ! Ca me fait économiser pas mal de minutes par jour, et c'est un premier pas.

    Encore merci pour ton témoignage ! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis également nostalgique de cette époque où les portables et internet n'existaient pas. Je bougeais plus et j'étais moins fatiguée... Et j'ai vraiment envie de retrouver ça tout en restant un minimum connectée... Je ne veux plus faire une priorité de quelque chose qui reste virtuel.

      Et de rien, merci à toi aussi ;)

      Supprimer
  6. On est tellement habitué à être trop stimulé que la fatigue s'invite à notre insu et on passe à côté des petits moments précieux de la vie.
    Merci pour ton article :).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il suffit de quelques petits changements dans nos habitudes pour aller mieux.

      De rien et merci pour ta venue ;)

      Supprimer