Perdre quelqu'un

jeudi 16 février 2017 Ingrid | Mémorables oublis 7 Comments


J'ai appris la mort de mon chien d'une manière que je ne digérerai sans doute jamais. Parce comme une conne bien naïve, j'ai cru que ma mère m'en informerait. Je l'ai mal vécu, j'en ai beaucoup pleuré. Ce qui a encore bien accentué le désamour que j'ai pour elle. Je ne parle pas de haine. Je ne me rabaisserai jamais à son niveau.

Bref, j'ai perdu mon chien. Même si pour moi, je l'avais déjà perdu, en même temps que mon père, le jour où ma mère a décidé de me virer de leur vie.

Je pensais m'être préparée à l'annonce de la mort de mon Bout'Bout'. Erreur. Ce fut brutal, inattendu. Plusieurs mois se sont écoulés depuis l'annonce. A ce jour, j'évite les photos de lui. Je me suis désabonnée des comptes susceptibles de publier des photos de bouviers bernois. J'ai les larmes aux yeux lorsque j'en croise un et je ne peux m'empêcher de demander à le caresser. En fait, peu importe la race, j'ai le coeur qui se tort. On a volé mon chien. Je l'ai abandonné. Il est mort sans moi, je ne sais dans quelle condition, sans que je lui dise au revoir...

Ca a déclenché chez moi un sentiment qui me poursuit depuis : la peur de perdre quelqu'un. Bien sûr, j'en ai toujours eu conscience. Je sais depuis bien longtemps que personne est éternelle. Mais ce sentiment a grandi en moi. Je n'en fais pas une obsession, fort heureusement. Mais cet électrochoc m'a réveillée. J'ai beau vivre le plus possible au jour le jour, ça ne suffit pas. J'ai conscience de ne pas assez profiter de ceux que j'aime. Bon, ça va vite à les compter : Fred et mes deux chats. J'ai beau les voir tous les jours, j'ai maintenant l'impression que s'ils partaient demain, je n'aurai rien d'eux. Ca rejoint un peu cet article - ici - où c'est devenu très important pour moi de mettre sur papier (photo comme texte) des souvenirs que je veux intacts.

Il y a souvent cette petite phrase dans ma tête qui me dit : "Putain, s'il part demain, que va-t-il me rester de lui ?". L'amour est merveilleux. La perte est cruelle. Et même si elle aura toujours le dernier mot, ce n'est pas elle qui écrit l'histoire.

PS : Tu aurais eu 10 ans aujourd'hui mon Bout' Bout'... Je ne t'oublie pas ♥

7 commentaires :

  1. C'est ce qui me terrifie le plus... mais là question n'est pas "qu'est ce qu'il va me rester d'eux" mais plutôt "que vais je devenir sans eux" ...

    RépondreSupprimer
  2. courage........ c'est terriblement difficile de perdre quelqu'un même si la mort fait partie de la vie

    RépondreSupprimer
  3. oh, je suis tellement désolée pour toi... j'adore les bestioles donc forcément, au fil des ans, j'en ai perdu quelques unes et c'est toujours très très dur. :(
    Ce que j'ai fait pour mes 2 derniers poilus et qui m'a fait du bien, c'est de faire des petits livres photos avec mes photos d'eux préférées. Ça fait du mal parce que ça confronte à la perte et l'absence de l'animal, mais en même temps ça permet de se concentrer sur les beaux souvenirs. En tout cas, perso ça m'avait fait du bien.

    RépondreSupprimer
  4. Comme je te comprends.
    J'avais une perruche apprivoisée dans ma chambre. J'étais partie un week-end chez des amis et j'ai laissé mes parents s'en occuper.
    Dans la voiture, en rentrant, quelques mètres avant d'arriver chez moi, ils m'ont annoncé qu'elle n'était plus là.
    J'ai rigolé à cette blague. Avant de comprendre que ça n'en était pas une ...
    Ils avaient laissé la fenêtre ouverte, elle s'est échappée. Elle est sans doute morte, terrorisée par le monde extérieur. Bouffée par un prédateur, morte de fin ou de froid.

    Ca me tue à chaque fois que j'y repense ... Ah, je leur en veux ... !

    Courage. Je t'envoie de tendres pensées.

    RépondreSupprimer
  5. Oh, c'est tellement triste tout ça :-(
    Je suis désolée pour toi, et je ne peux qu'imaginer ta peine. La perte d'un animal, ou plus globalement d'un être aimé, est toujours extrêmement difficile à vivre. J'ai aussi une réelle crainte à l'idée de perdre quelqu'un que j'aime... Et je sais que je ne serais jamais assez préparée pour ça. Du côté de mes poilus, mon plus vieux chien aura 10 ans le mois prochain, et pour tout te dire j'évite de penser à son âge parce que ça me terrifie de le perdre un jour... Bon courage <3

    RépondreSupprimer
  6. Je suis désolée pour toi... J'avais moi aussi un couple de bouviers bernois, ils sont partis à 12 ans. Bel âge pour ces chiens. J'ai l'impression qu'on t'a privé de ton deuil, il va falloir du temps pour s'en remettre. Courage...
    http://la-parenthese-psy.com/

    RépondreSupprimer
  7. J'ai aussi beaucoup de mal à accepter la mort... Hier j'ai appris les décès d'un copain d'enfance, on ne se fréquentait plus mais on se donnait souvent des nouvelles. Son fils est né trois jours avant ma fille et on s'envoyait des messages depuis la maternité sur notre nouvelle aventure de papa... Depuis hier je suis bouleversé car j'ai perdu un copain mais aussi car je ne peux m'empêcher de penser à son petit gars qui grandira sans son papa et de transférer ce drame à moi avec ma fille... La seule chose positive dans ces drames c'est que le désir de profiter de la vie et des gens que j'aime, s'amplifie. :)

    RépondreSupprimer