En février, il s'est passé...

jeudi 2 mars 2017 Ingrid | Mémorables oublis 1 Comments


Je n'aurai finalement pas réussi à tenir le rythme d'un livre par semaine. Des soucis de santé m'ont empêché de rentrer pleinement dans les histoires. Et l'arrivée prochaine du printemps ne va pas arranger les choses puisque je serai beaucoup moins enfermée (enfin là, il ne cesse de pleuvoir). Surtout que Fred travaille, je vais devoir mettre la main à la pâte (ou plutôt dans la terre avec les vers de terre, beurk). D'ailleurs, ce week-end, on commence les semis. Même si je n'ai pas trop le coeur à l'ouvrage puisque le second terrain dont on s'occupait depuis deux ans, on ne l'a plus. Son proprio se retrouvant au chômage, il le reprend. Nous sommes déçus et vexés par ses paroles non tenues. On passe pour les couillons dans l'histoire...

J'ai enfin eu mon RDV chez un dentiste, le mien ayant été enterré en début d'année. On critique les ophtalmo mais dans le domaine dentaire, ce n'est pas non plus une mince affaire pour avoir un RDV "rapidement". Un mois d'attente (alors que j'ai bien précisé que j'avais mal). Bon, c'est toujours mieux que le dentiste que l'on m'a conseillée dont il fallait attendre octobre. Ah ah ah. Au final, je n'ai rien. Pas de caries mais il ne se passe pas un repas sans que je sente une douleur. Pas au point de me taper la tête contre les murs mais c'est désagréable. Je dois faire attention à ce que je mange. Vive la sensibilité des dents !

Ma sciatique me laisse un peu de répit. Qu'est-ce que c'est chiant de se trimbaler ce truc ! Et moi qui ai toujours autant envie de courir mais mon corps s'y refuse depuis bientôt un an et demi. C'est déprimant... J'essaye de me faire violence en me disant que ce n'est que partie remise. En attendant, j'ai repris des centimètres et des kilos. Et vous aurez beau me dire que je reste jolie bah dans le miroir, ça reste une catastrophe !

On a profité d'un week-end bien gris et pluvieux pour finir de détapisser la chambre. Ce n'est pas comme si ça faisait deux ans que ça traînait... Je ne me sens tellement pas bien dans cette chambre (la maison de manière générale) que même en la faisant propre (peinture, déco), ça me saoule qu'on y mette de l'argent que je préférerais utiliser ailleurs (pas d'achat précis). M'enfin, c'est fait... J'ai donc réfléchi aux couleurs. L'idéal serait de faire tout en blanc pour illuminer le plus possible la pièce. Sauf que le côté froid/médecin, ce n'est pas notre truc. D'autant plus que l'on ne peut pas abuser en déco sinon, ça chargerait encore plus les 10m² qui nous servent de chambre mais aussi de pièce à vivre. Ce sera donc prune à la tête de lit et tout le reste (plafond compris), dans un gris perle. Quoi qu'on fasse, on manquera toujours de lumière de toute façon...

Du coup, ce mois-ci, j'ai mis de côté mes bonnes habitudes d'être moins connectée, en passant des journées entières sur Pinterest, Etsy et autres sites d'inspirations. On a condamné un mur pour le remplir de cadres. De photos personnelles comme de citations. Même s'il n'y a que Fred et moi qui pourront les voir, je suis contente que l'on fasse une déco en commun. La première fois en 35 ans que je vais pouvoir apporter ma patte. Il était temps...

J'ai terminé ce mois de février avec d'autres soucis de santé. D'un côté, je ne suis pas annoncée prochainement dans l'article de la mort. Et de l'autre, bah je ne sais toujours pas ce que j'ai... Merci pour vos petits mots et likes sur Instagram, à l'amie Séverine qui m'a été d'une grande écoute (et qui débarque en avril, hiiii ♥) et surtout, au mioche, comme j'aime amoureusement l'appeler qui, une fois de plus, s'est montré d'une patience, attention, présence, compassion et j'en passe, incroyable ! On dit toujours que c'est dans les mauvais moments que l'on reconnait ses vrais amis mais c'est également dans ces moments-là que l'on découvre que l'amour est toujours aussi fort et présent, comme au premier jour.

1 commentaire :

  1. L'hiver se fait long et les soucis n'arrangent rien... J'espère que l'on va trouver rapidement ce que tu as car ne pas savoir, fait cogiter à gogo.

    Bises et bons semis ! ☺

    RépondreSupprimer