Sans toi

jeudi 6 avril 2017 Ingrid | Mémorables oublis 3 Comments


Je ne suis pas possessive et pourtant, je ne peux me passer de toi. Si tu n'es pas là, je suis mal. Pas au point de pleurer, trembler, mais ton vide me fait quelque chose. Je ne me souviens plus du tout du jour où tu es apparue. Le coup de foudre ne fut pas immédiat mais force est de constater qu'avec le temps, la dépendance s'est bel et bien installée. Je me réveille avec toi chaque matin. Tu es toujours au rendez-vous, peu importe l'heure. On ne se parle pas, on ne se regarde pas. On ne partage rien mais il me faut ta présence. C'est totalement con, je le reconnais. Peut-être est-ce dû à l'habitude, te sentir frôler ma joue, t'entendre glisser contre le bord de la tasse, je ne sais pas vraiment mais quoiqu'il en soit : si je n'ai pas une cuillère dans ma tasse, ça ne le fait pas.

Je viens de le dire : c'est totalement con. Il me faut une cuillère. Pour remuer, pour jouer avec le liquide le temps que je lis ou regarde quelque chose. Je me sens vide (j'adore l'exagération employée) si je n'ai pas ma cuillère dans la tasse. Peu importe la cuillère, il m'en faut une. Il faut toujours que je touille donc forcément, je ne vais pas y aller avec le doigt ou un crayon.

3 commentaires :

  1. et pourtant je ne sucre pas... mais elle est aussi pour moi indispensable !!!!!

    RépondreSupprimer
  2. J'adore la chute. En lisant le début, je m'attendais pas à ça hi hi !
    Je te rassure, je suis pareille. Il me faut aussi ma cuillère. ;)

    RépondreSupprimer
  3. Oh je ne m'attendais pas à la petite cuillère mais elle est indispensable aussi !

    RépondreSupprimer