Apprendre de ses erreurs

jeudi 20 juillet 2017 Ingrid | Mémorables oublis 6 Comments


Je ne sais pas qui l'a décidé mais il faut croire que cet apprentissage n'est clairement pas fait pour moi.

J'ai beau consommé mon 35ème printemps, je trouve encore et toujours le moyen de faire les mêmes erreurs.

Faut vraiment être conne. Vous pouvez le dire. Je n'en pense pas moins !

Non parce que tu fais une erreur, c'est normal. Une seconde fois la même, à la rigueur. Une troisième fois, t'abuses. Mais au-delà, je ne vois pas comment l'expliquer autrement.

Je suis une femme naïve et bonne poire. L'un allant rarement sans l'autre.

Certains diront que c'est beau d'être ainsi. Enfin, je parle surtout de la naïveté. Ça rend la personne sincère, humaine, authentique. Mais si tu dépasses un certain seuil, cette qualité devient vite un défaut.

Et chez moi, il n'est pas que petit, ce défaut.

Je suis d'une naïveté incroyable. J'aurai beau me mettre en garde, me rappeler des erreurs faites dans le passé, eh bah non, je retomberai encore et toujours dedans, les deux pieds joints.

Je suis une bonne poire qui veut toujours faire bien. Avant tout pour faire plaisir. Car si ça fait plaisir, ça me fera automatiquement plaisir. Ensuite, parce que j'ai certainement besoin d'être rassurée. Je ne cours pas après les compliments. Ils me mettent mal à l'aise et j'y crois toujours qu'à moitié. Au quart plutôt. Non, lorsque je fais quelque chose pour quelqu'un, c'est aussi et surtout pour me prouver quelque chose à moi-même.

Si j'offre un présent, il aura été réfléchi et qu'il me plait. J'imagine encore plus qu'il puisse plaire. J'attends un simple merci. Jamais rien de plus en retour. Je ne suis pas ainsi. Je n'achète pas les gens...

En amitié, c'est une autre histoire. Si vous êtes fidèles au blog depuis ses débuts, vous savez que j'ai un gros problème avec les relations. Il n'y a que dans ce domaine où j'évite de tenter une nouvelle approche. Preuve que je me suis bien ramassée par le passé. Je ne fais plus jamais le premier pas, c'est toujours aux autres de s'y coller. Non pas que j'aime me faire désirer mais c'est ma manière à moi de ne pas "trop" m'attacher. Je ne veux plus revivre ces trahisons/déceptions qui me marqueront sans doute à vie.

Je suis cette femme qui prend plaisir à faire plaisir. Heureusement que Fred est là pour me freiner (d'autant plus que c'est lui qui paye tout à chaque fois, pour des personnes qu'il ne connaît pas du tout) (une bonne poire avec une bonne poire, ça ne pouvait que fonctionner).

Bref, j'aime faire plaisir. C'est en quelque sorte me rappeler que je suis quelqu'un de bien. J'en fais parfois de trop. Souvent envers les mauvaises personnes. J'en ai une fois de plus fait l'amère expérience dernièrement avec une proche...

Quand je vous dis que je suis une bonne poire...

6 commentaires :

  1. Tu fais en sorte que ça marche... si à la longue il n'y a pas de retour ok il faut lâcher l'affaire mais cela ne fait pas de toi une bonne poire.. Les gens sont souvent cons et/ou ne s'aperçoivent pas des choses ...

    RépondreSupprimer
  2. Mon psy me disait : Si on refait toujours les mêmes erreurs c'est que inconsciemment on va les chercher ... Peut être qu'une petite analyse t'aidera à comprendre pourquoi tu est toujours la bonne poire, moi en tout cas ça m'a beaucoup aidé.
    Bon courage
    Bisous

    RépondreSupprimer
  3. Tu es une bonne personne mais c'est dommage de toujours te faire avoir. Du coup j'espère que tu trouveras une solution pour "limiter la casse".
    En tout cas je te souhaite une agréable journée.

    RépondreSupprimer
  4. Je me retrouve dans ton post car je ne me suis aussi fait pas mal avoir en amitié... Du coup, je suis toujours sur la réserve quand il s'agit d'aller plus loin avec les gens. Une façon de se protéger en somme...

    RépondreSupprimer
  5. C'est dur quand on ne sait pas dire non.
    Dans mon boulot j'ai bcp de mal, en amitié aussi. Mais je me rends compte qu'avec le temps ça vient...

    RépondreSupprimer
  6. Peut être n'est ce que la persévérance, l'envie que ça marche... après à partir d'un certain nombre, oui il faut savoir lâcher pour ne pas se faire du mal à continuer !

    RépondreSupprimer