Vivre à travers quelqu'un

vendredi 20 octobre 2017 Ingrid | Mémorables oublis 3 Comments


Lorsqu'une personne proche décède, on dit bien souvent qu'elle continuera de vivre. A travers une chanson, un trait physique, une passion.

J'ai la chance d'avoir hérité des yeux de mon père. Tant par leur forme que par leur couleur. Bon, une chance, oui et non, puisque j'ai forcément le même regard que d'autres de la famille.

Papa, peut importe là où il est aujourd'hui, vivra toujours à travers mes yeux. Lorsque je croise quelqu'un qui ne m'a pas vu depuis longtemps, j'aurai quasi systématiquement droit au fameux « Qu'est-ce que tu ressembles à ton père ! » 'et se gardera pour lui/elle "Putain, qu'est-ce que t'as grossi !"). Et j'en suis très fière. Encore plus depuis ce que j'ai vécu par la suite avec ma mère. Je suis très contente d'avoir hérité de pas mal de traits physiques de mon Papa.

Mais au-delà de mes yeux, il continuera de vivre à travers Fred. Oui, vous avez bien lu. Fred. Bien qu'il ne soit pas son fils, ni son frère, ni un quelconque membre de la famille, il vit à travers lui. Pour des petites futilités mais c'est énorme pour moi.

Premier exemple : Fred et Papa sont de grands mangeurs. Ma mère peinait à rassasier Papa et parfois, j'ai du mal à en faire de même avec Fred. Puis, ils ne sont vraiment pas difficiles. Ils mangent de tout mais privilégient la viande et le salé.

Second exemple : ils ne sont pas du tout télé et modernisme. Fred, tout comme Papa, se contente de regarder les infos. Il se couche tôt mais par contre, à 6h du mat', il est déjà debout. La seule soirée où je suis quasi certaine que Fred veillera, ce sera au Nouvel An. Et là encore, c'était la même chose avec Papa.

Troisième exemple : ils adorent la nature. Ils aiment la forêt, travailler le bois, le jardin. Ce dernier, Fred l'a hérité de Papa (ma mère s'obstinait à me le donner mais je ne voulais pas que ça me retombe dessus par la suite comme ce fut le cas avec beaucoup de choses). On le bichonne ce terrain, même s'il ne ressemble absolument pas à ce qu'il était durant des années, aux mains de Papa mais je sais qu'il serait fier. Surtout, je comprends pourquoi il aimait tant si rendre.

Quatrième exemple : ils aiment les chats. Bien que Fred a mal vécu la perte d'Hercule, son chien, j'étais contente d'apprendre que Fred adore les chats. Rare qu'un homme l'assume. Papa, lui, n'était pas très rassuré avec les chiens. Une mauvaise expérience ? Je ne le saurai jamais mais ça me fait toujours sourire de voir Fred passer du temps avec Chips ou Iago. Ca me rappelle Papa avec Minouche, pour ne citer qu'elle.

Cinquième exemple : très sportifs. Papa faisait énormément de vélo, de la marche et de la natation. Fred, quant à lui, a fait des championnats de vélo de descente, a un très bon vélo de route, allait souvent au ski. Malheureusement, ses problèmes de dos ont mis un terme à tout ça (et je peine difficilement à lui faire aimer la marche).

Sixième exemple : ils sont assez solitaires. Papa parlait très peu, était très introverti. Il ne montrait rien. La pudeur le rendait très souvent silencieux. Il se réfugiait dans le sport et le jardin. Fred est quelque peu ainsi. Heureusement pour moi, il est plus bavard. Mais il ne se passe pas un jour sans qu'il aille faire son tour de vélo. Il aime se retrouver seul tout en allant voir des connaissances qui tiennent un jardin ou se retrouvent en promenade aux mêmes heures.

Septième exemple : la musique et le cinéma. Bien qu'ils aient trente ans d'écart, ils ont les mêmes goûts : Les Charlots, De Funès. Côté musique, Fred est plus tourné vers des artistes de l'époque de mon père que de la sienne (bien qu'il ait eu sa période techno, rave party).

Huitième et dernier exemple : le surnom qu'ils me donnent. Lorsque je disais une connerie et faisait rire Papa, il disait « Sacrée Gueuniche ». C'est un patois lorrain que l'on traduit par « femme qui ne prend pas soin de son apparence ». Bizarrement, j'ai toujours connu ce mot dans le sens « Chipie ». Dans les deux cas, il est très peu utilisé ou alors, essentiellement par les anciens (mais comme je ne les fréquente pas, je ne peux pas vraiment juger). Bref, il arrivait donc à Papa, parfois, de m'appeler ainsi. Et, c'est là que ce huitième exemple me touche particulièrement, c'est que sans le savoir, Fred a fini par m'appeler ainsi. Ca me fait toujours un petit quelque chose lorsqu'il m'appelle « Hey Gueuniche ! », « elle est où la Gueuniche ? ». Pas pour rien que les larmes me montent aux yeux à l'instant où j'écris ces mots… Depuis que Fred connaît la signification de ce nom à mes yeux, je le soupçonne de le dire plus souvent qu'avant. Ca me ramène aux sourires de Papa…

Peut-être que certains exemples sont un peu tirés par les cheveux. Peut-être que je vois des similitudes là où il ne devrait pas en avoir. Quoiqu'il en soit, il y a des petits gestes, des petits mots, certains traits de caractère qui font qu'indirectement, Fred me fait rappeler Papa. Et je ne peux que l'aimer d'avantage...

3 commentaires :

  1. On dit souvent qu'une femme recherche un homme qui ressemble à son papa... pour le coup tu as tapé en plein dedans. Mais je dirais que c'est peut-être juste encore un signe du destin, pour que ton papa ou plutôt son "souvenir" (le terme n'est pas ideal) reste toujours auprès de toi.

    RépondreSupprimer
  2. Ginie : Pourtant, j'ai toujours trouvé ça bizarre qu'une femme recherche un homme qui ressemble à son père. C'en serait presque malsain... Mais oui, grâce à Fred, il cultive mes souvenirs. Et les jolis

    ♥♥♥

    RépondreSupprimer
  3. Mon homme ressemble beaucoup à mon père et j'aime l'idée qu'il l'ait connu. Cela me semble naturel au contraire, cette espèce de familiarité car à la fin, vivre avec un autre, même si l'on apprend à le connaitre, c'est un peu vivre avec un inconnu. Alors que comme ça au moins on vit avec certains petits traits familiers et qu'on aime bien et qui nous rassurent: mon papa était un mec bien, celui-là pourrait bien l'être aussi alors. Pour mon homme et mon papa: l'humour pince sans rire et le sourire énigmatique, l'amour du calme, les maths, construire des choses, la vie dans la nature... J'aime que ce soit ces valeurs qui perdurent à travers lui

    RépondreSupprimer