Je m'enfoutiste

mercredi 15 novembre 2017 Ingrid | Mémorables oublis 2 Comments


J'ai souvent cette crainte de cette image que les gens peuvent percevoir de ma personne. Et pourtant, ce n'est vraiment pas le cas... Ou bien, c'est d'une manière purement non intentionnelle.

Une des très rares choses intelligentes que ma mère m'a souvent dite : "Ne fais pas aux autres ce que tu ne veux pas que l'on te fasse" (inutile de préciser qu'elle ne mettait pas cette phrase en pratique, hein). Ca allait un peu de paire avec "Occupe-toi de ton cul". Et c'est ce que je fais. Peut-être un peu de trop.

Je ne m'occupe pas du cul des gens tout comme je ne veux pas que l'on s'occupe du mien. Je ne suis absolument pas curieuse. Enfin si, je le suis. Mais de la vie, de la nature, des passionnés, de la beauté etc... Une belle et riche curiosité.

Mais là où je suis très j'm'en foutiste, ce sont des gens. Vous n'imaginez pas à quel point je me fous royalement de la vie des personnes que je ne fréquente pas, que je ne connais pas, que je n'apprécie pas et réciproquement. J'ai très vite compris que ça ne m'apport(er)ait rien.

Je suis tout le contraire. Ca me gonfle ces discussions. Alors je suis souvent silencieuse. Je ne suis pas du genre à écouter les conversations en caisse, n'y à passer devant les pompes funèbres pour savoir qui est mort ou préférer squatter les salles d'attente des médecins sans RDV. Je me fous de ce que fait le voisin, de savoir qui est parti en vacances et où, qui est garé devant chez telle personne, qui fait quoi comme travaux, que comportent les sacs poubelles etc...

Ce n'est pas de l’égoïsme ni du j'm'en foutisme pur. Je ne vois toujours pas l'intérêt de m'apitoyer ou rire sur le sort de quelqu'un que je ne fréquente pas et/ou n'apprécie pas. Mais du coup, j'ai l'impression de m'intéresser à personne. Or, ce n'est pas le cas mais comme je ne fréquente personne, forcément...

C'est comme lorsque je ne dis pas bonjour aux gens dans la rue ou en voiture. Je ne fais tellement pas attention que je mets des vents à des gens que je croise mais que je ne vois pas, ne reconnais pas. Je ne suis pas du style à guetter qui est dans la rue, qui est en voiture. Je regarde là où je mets les pieds (vive les crottes de chien et les centimes) alors du coup, je donne cette image de quelqu'un de froid, d'hautain alors que pas du tout... Je n'invente pas. Pour preuve, une connaissance a cessé de me saluer à force de ne pas avoir de réponse à ses bonjours de la main lorsque je le croisais (lui en voiture, moi à pied et inversement). J'ai réussi une fois à le voir et lui dire que je n'avais rien contre lui mais le mal était déjà fait...

Je ne suis pas j'm'enfoutiste malgré les apparences. Je suis simplement curieuse uniquement pour de bonnes et belles raisons.

2 commentaires :

  1. Ce n'est pas être je m'enfoutiste que de ne pas être commère ou parler des autres derrière leur dos... je pense même que nous devrions tous être un peu plus comme toi. Cela ne mène à rien de savoir la vie des gens qui ne nous intéressent pas. Par contre dire bonjour... ici même les inconnus disent Bonjour, tu devrais arrêter de regarder par terre ^^

    RépondreSupprimer
  2. "Je ne suis pas j'm'enfoutiste malgré les apparences. Je suis simplement curieuse uniquement pour de bonnes et belles raisons" = TOUT EST DIT.
    Je suis comme toi, les histoires des uns et des autres ça ne m’intéresse pas. Je passe aussi pour une sauvage/hautaine ? et bien tant mieux au moins on me fout la paix et ça évite de se retrouver dans de sales histoires (surtout au bureau) et ça ne pollue pas mon environnement ;-).
    Merci pour ton article, grâce à toi je ne me sens moins seule.

    RépondreSupprimer