Et si on lisait ?

jeudi 7 décembre 2017 Ingrid | Mémorables oublis 2 Comments


Le jour-même où je recevais ma Kobo (article à lire ici), je me suis mise à la lecture. La météo aidant, j'ai lu 7 livres en une semaine. Depuis, je suis devenue moins assidue, rassurez-vous.


J'aime lire. Depuis le temps que je le dis, si vous ne le savez pas, c'est qu'il y a un problème quelque part. J'aime lire et j'aime partager mes lectures. Ou plutôt, j'aimerais. Les rares fois où je me suis lancée dans l'exercice, ce fut les articles les moins lu de tous ceux du blog. Pourtant, rare que je lise des bouquins de merde, rares sont mes impressions négatives. Alors, je refais une tentative.

J'aime lire mais pas n'importe quoi. Je voue une préférence pour les témoignages. Ces histoires vraies qui m'arrachent facilement une larme. J'ai également plus facile à me mettre dans la peau de la personne, sachant que ce qu'elle raconte de son existence est beaucoup moins romancé qu'une histoire créée de toute pièce dans un esprit.

"Là où le soleil disparaît" - Corneille

Commençons d'ailleurs avec l'autobiographie de Corneille. Je n'en suis pas particulièrement fan mais comme beaucoup de français, j'ai adoré ses premières chansons et sa jolie voix. De sa vie privée, j'ai retenu qu'il avait échappé au génocide rwandais, seul survivant de sa famille, grâce à un canapé. Mais le reste ? Je l'ai découvert dans ce témoignage que j'étais loin d'imaginer. Pour faire simple : ce sont ses narines qui l'ont sauvé de son propre pays. Oui, vous avez bien lu : ses narines. C'est pour ça que ce livre mérite d'être lu. Il ne se résume pas "Salut, je suis Corneille. Ma famille s'est pris des balles pendant que j'étais caché derrière le canapé. Aujourd'hui, je chante et sors des disques". Je pense qu'il aurait aimé vivre cette situation ainsi. Mais entre son adolescence et son album numéro 1 des ventes, il y a un long parcours que je ne pouvais imaginer aussi long et difficile. La troisième partie du livre, c'est Corneille l'artiste, mari et père qui parle. Et là encore, il ne faut pas croire que c'est tout beau tout rose. Les paillettes sont éphémères et masquent pas mal de choses.

NOTE : ♥♥♥♥
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -


"9m²" - Vanessa Cosnefroy

Place au témoignage de Vanessa Cosnefroy qui raconte ses années derrière les barreaux. Elle a joué, elle s'est fait prendre. Faut payer. Vanessa faisait partie d'une bande de voleurs. Ils ouvraient des comptes, déposaient de faux chèques et récupéraient l'argent au distributeur. La belle vie jusqu'au jour où les flics furent plus malins qu'eux. Commencent des années de prison, trimbalée à droite et à gauche. Elle devra vite s'imposer si elle veut tenir. Elle va se forger un caractère qu'elle n'aurait sans doute pas eu à l'extérieur. Elle va se montrer violente tant verbalement que physiquement. Peut-on le lui reprocher ? Je dirais oui. La lecture m'a un peu gêné dans le sens qu'elle a tendance à se plaindre de son sort. Elle provoque et elle crie ensuite à l'injustice. J'avoue avoir eu du mal avec ce comportement. Même le journaliste à qui elle raconte son histoire chaque dimanche, à la terrasse d'un bistrot parisien, se demande à quoi mène tout ça si ce n'est que tourner en rond et recueillir ses plaintes. En même temps, on se doute bien qu'elle ne va pas raconter licorne et paillettes dans le milieu carcéral mais se plaindre de son sort, ça gâche un peu la lecture. Ceci dit, c'est un témoignage sympa si vous souhaitez découvrir la vie derrière les barreaux, avec d'autres femmes, avec les surveillantes etc... Mais, entre nous, je pense qu'il y a meilleur témoignage (même si, je sais, chaque expérience est unique).

NOTE : ♥♥
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -


"Le mystère de la chambre jaune" - Gaston Leroux
Cette histoire, proposée gratuitement et dans son intégralité, m'a fait penser au jeu Cluedo. Une pièce, un meurtre, plusieurs suspects. C'est le cas dans ce livre où le jeune journaliste Rouletabille va devoir percer le mystère de la chambre jaune. Une femme est retrouvée victime d'un assassinat. Or, la fenêtre est fermée, ornée de barreaux et la chambre est verrouillée de l'intérieur. L'enjeu est de savoir comment l'assassin a-t-il pu s'enfuir. J'avoue que la lecture fut longue mais l'histoire est tellement bien ficelée que t'as qu'une envie : connaître l'auteur de la tentative d'homicide.

NOTE : 
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

"Heureusement que vous êtes là Cécile !" - MD Jane

Le résumé me plaisait moyennement d'autant plus que la couverture donnait une idée de ce qui allait suivre. Un couple se retrouve sans femme à tout faire du jour au lendemain. Cécile, sans emploi, la remplace au pied levé. Et à voir la couverture dessinée de lingerie, de rose, de champagne, je n'ai pas eu de difficulté à comprendre que l'employé et Cécile vont avoir une aventure. Mais ce qui m'a également gênée dans la lecture, c'est que Cécile, dès les premières pages, paraît une jeune femme triste, solitaire, simple. Et rapidement, elle finit aguicheuse, comme si elle l'avait toujours été. Sans oublier la dizaine de fautes que j'ai pu trouver et franchement, ça gâche un peu la lecture.

NOTE : ♥♥
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - -


"Burn-out" - Stéphane Fatrov

Et pour finir, le meilleur pour la fin parce que j'ai ADORÉ ce bouquin. Franchement, j'ai rigolé tellement c'est bien écrit et que je n'ai pu m'empêcher de visualiser les scènes. Ca se lit très vite, c'est loufoque à souhait ! Je suis déçue que ce fusse si court, j'en réclamais encore à la dernière page. Si vous voulez vous marrer, n'hésitez pas !


NOTE : 
♥♥♥♥

2 commentaires :

  1. J'aime beaucoup lire aussi mais, justement, pas le type de livres que tu aimes lire lol.
    Je suis plutôt livre à la "Bridget Jones" avec de l'humour. J'aime bien aussi certains polars (mais pas des "trucs" sanguinolents non plus hein).
    En ce moment, je lis un peu moins, c'est par période chez moi.
    Le temps étant frais, la lecture devrait revenir durant les longues soirées d'hiver.

    Bonne journée et bon courage pour la gestion des poilus

    RépondreSupprimer
  2. Les articles lecture sont aussi les moins chez moi. Disons que le public est plus restreint.

    Le dernier je l'ai lu aussi. Il m'a fait rire jaune. Mais il est plutôt bien écrit !

    En ce moment je lis tous les jours mais je regarde aussi beaucoup de séries. Ca fait longtemps que je n'ai pas eu un coup de coeur pour un livre.

    RépondreSupprimer