Johnny Smet

mercredi 13 décembre 2017 Ingrid | Mémorables oublis 7 Comments


C’est la première fois de ma vie que j’assiste à un enterrement télévisuel. Je ne suis pas du genre à regarder des retransmissions en direct de grands événements tels qu’un mariage, un défilé du 14 juillet, une coupe du monde gagnée. Et depuis que les chaînes en continu existent, je vous avoue que ça m’enchante encore moins tellement je trouve ce système d’informations désolant...

Ce week-end ne se prêtant pas à une activité extérieure (hormis une promenade de moins d’une heure), j’ai assisté à l’hommage populaire de Johnny.

Je fais partie de ceux qui disaient « Lorsqu’il va mourir, ça va être deuil national ». Je faisais surtout référence à ces nombreux fans et sosies que Confessions Intimes a su si bien ridiculiser au fil des ans (en même temps, certains le cherchent).

On ne peut pas dire que j’étais fan de Johnny. Johnny que j’ai découvert à la diffusion d’un clip d’une chanson que j’adore : On a tous quelques chose en nous de Tennessee. Je devais avoir 16 ans. Je me suis procurée le double Best Of et par la suite, deux albums studio. Je me souviens de mes journées de week-end à mettre du Johnny dans la chambre aux fenêtres ouvertes. Puis chanter. Je me souviens de ce concert prévu à Nancy dont on m’offrait une place et que, bizarrement, on a annulé quelques heures plus tôt.

Je ne me considérais pas comme fan (je n'ai aucun poster, t-shirt ou autre à son effigie) mais j’aimais bien l’artiste que je découvrais sur le tard. On a beau ne pas aimer Johnny, il y a des chansons qui nous rencontrent à un moment de notre vie. Dans un mariage, à la radio, à un enterrement, par un proche qui l'idolâtre.

Mercredi dernier, j’ai mis CSTAR en musique de fond (pour m'accompagner dans mon ménage ainsi que dans mon gros problème de PC). CSTAR diffusait en continu les clips de Johnny. Et je me suis aperçue que je me rappelais des paroles de beaucoup de ses chansons. Ça m’a ramené à mon adolescence dans ma chambre, à chanter Johnny et en faire profiter les voisins.

Puis samedi, les choses ont fait que ne sortant pas de la maison, j’ai mis TF1. Par curiosité. Pas celle de voir comment est habillée Laeticia, comment ses filles vont se comporter, qui va s’effondrer, qui est absent, qui est invité. Non, je regardais pour découvrir l’ampleur de la popularité de Johnny. Le savoir aimé, c’est une chose. Voir la foule s’amasser dans les rues, c’en est une autre.

Je n’ai pas été spécialement émue par cette cérémonie (d’ailleurs, je me promenais à ce moment-là). Je l’ai été pour la dignité de sa femme et de ces milliers de gens qui pleuraient cet homme qui faisait partie de leur vie, de leurs états d’âme, de leur famille.

Je respecte totalement les larmes de ces gens bien que j’ai du mal à m’imaginer à leur place.

Et puis, le traditionnel rendez-vous dominical : j’ai regardé l’interview que Johnny a donné pour 7 à 8 en 2005. Et j’ai découvert Jean-Philippe Smet. Je ne le connaissais pas du tout. J’étais restée cantonnée au rockeur biker qui vit de drogues, d’alcool, de femmes et de nuits agitées. Mais en fait, c’était bien plus que ça. Pas que en tout cas.

J’ai découvert un homme terriblement seul, qui ne se remettra jamais de la trahison de son père, l’abandon de ses parents. Johnny était également cet homme qui savait parler. Oui, il avait de belles réflexions, j’ai aimé découvrir ses pensées ces derniers jours. Johnny, c’était également le blagueur, qui aimait bien foutre un peu la merde. Mais ça le faisait marrer.

Eh oui, Johnny n’était pas qu’un écorché vif qui vivait de déboires.

Je ne le mettrai pas sur un piédestal car ça reste un homme. Un chanteur. De là à dire que c’est un héros national, ça m’étouffe un peu de l’entendre et le lire. Faut pas sombrer dans la connerie. Certes, il fait du bien à énormément de gens à travers ses chansons et ses concerts mais bon, il n’est pas partie au front, n’a pas découvert d’antidote, n’a pas évité un acte terroriste etc. Dans ce cas, les chats sont des héros de la Nation. Ils apportent tout autant à leurs propriétaires...

Bref, il aura fallu ce 10 décembre 2017 pour découvrir qui était véritablement Johnny. J’aurais aimé l’apprendre plus tôt. Dans d’autres circonstances. Je ne sais pas ce que ça aurait changé. Une meilleure opinion autre que celles des journaux à potins/scandales (que je ne lis jamais mais c’est Johnny, tu finis toujours pas en avoir l’écho).

Je suis allée sur Deezer et j’ai téléchargé ses deux derniers albums. Depuis les années 2000, je n’ai plus du tout suivi l’actualité musicale de Johnny (comme tant d’autres artistes d’ailleurs). Et bien évidemment, je téléchargerai celui qui sortira dans quelques semaines. Chose que je n’aurai pas faite de son vivant, soyons honnêtes.

Parce que c’est Johnny, parce que c’était un monument de la chanson française. Parce que je ne vois pas qui ferait autant voire mieux que lui à réunir durant quelques heures autant de monde pour pleurer un simple chanteur.

Une semaine s'est écoulée. Et ça serait bien qu'on passe à autre chose. Histoire de ne pas donner du plaisir à ceux qui lancent des polémiques, des ragots, des photos vendables. Oui Jean-Philippe Smet s'en est allé. Oui, Johnny sera toujours là. Alors laissons Jean-Philippe en paix et laissons Johnny dans la place qu'on lui donnait avant tout ça...

7 commentaires :

  1. J'ai 30 ans et je suis une fan de la première heure, ayant été bercée depuis toujours par les musiques de Johnny - merci Maman. Alors sa disparition m'a bouleversée. Pour autant, je n'ai pas été à Paris pour me recueillir, parce qu'il y a plus d'une façon de lui rendre hommage.

    Je comprends pour autant ton point de vue. Je suis la première à dire, tout comme toi, qu'il faut passer à autre chose. Cet hommage était beau, était bouleversant, parce que c'est l’icône française du rock. Mais il n'a pas pour autant changé le monde (même s'il le chante!). J'ai adoré Johnny Hallyday, j'ai apprécié l'homme qu'il était devenu (grâce à Laetita en grande partie)

    En tout cas, je ne peux que te dire que c'est un bel article, même si tu n'en étais pas fan. Bonne écoute pour les albums :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Faut dire que le fait d'être fan de personne, ça aide à avoir une certaine distance avec les célébrités. Je pense que je serai plus touchée par la disparition de Michel Sardou parce que mon père l'aimait bien.

      Supprimer
  2. Je l'ai toujours apprecie et mercredi la peine fut terrible et samedi cérémonie tres émouvante j'ai trouve.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'admire tous ses proches qui ont su rester dignes. Ils font comment sérieux ?!

      Supprimer
  3. Il y a toujours eu des chansons cultes et de belles balades... Johnny a souvent été critiqué pour la drogue/alcool et ses nombreux mariages surtoit avec des femmes plus jeunes.. mais oui les médias ont oublié de nous raconter le pourquoi de son mal être (j'ai regardé aussi 7 à 8 et été choquée par le comportement de son père) Bref... qu'il repose en paix et que Laetitia trouve la force pour les deux petites.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. (PRIVATE JOKE : t'inquiète, elle va vite se remarier :p)

      Figure-toi que j'ai commencé la biographie de Amy Winehouse. Et là encore, je découvre trop tard une chouette fille qui n'était pas que dépravée, alcoolique et droguée...

      Supprimer
  4. Je n'étais pas une fan finie de Johnny Hallyday, mais j'aimais beaucoup ses chansons. Son décès m'a beaucoup affecté. Repose en paix!

    RépondreSupprimer